Comment se servir d’un mastic de calfeutrage ?

mastic calfeutrage

Tout comme la toiture, l’air passe également par les portes et les fenêtres d’une maison. En hiver, on peut ressentir un courant d’air froid partout dans chaque pièce, ce qui est révélateur d’une absence d’étanchéité des ouvertures. Quand bien même on utilise un isolant pour le toit ou les combles, si l’air trouve un chemin, la maison ne sera jamais totalement isolée et il faudra envisager des travaux de rénovation. Pourquoi ne pas commencer par calfeutrer ces points d’accès grâce à du mastic ? Nous vous guidons dans cette démarche.

Repérer les sources des fuites d’air

Même un petit trou d’air peut faire la différence. En cette période hivernale, il n’est jamais trop prudent de laisser sa maison être exposée aux courants d’air. Si en cas de rénovation de maison, la toiture est bien étanche, on doit vérifier d’autres zones où il est possible de laisser pénétrer l’air à l’intérieur. La déperdition thermique est donc moins bénéfique pour les foyers qui utilisent un système de chauffage assez puissant. Car plus cet indice est important, plus, la facture énergétique grimpera en flèche.

Les portes et les fenêtres sont également les endroits qui amènent le courant d’air chez soi. On peut parfois même entendre le bruit du courant d’air une fois à la tombée de la nuit. Mais la meilleure façon d’en avoir le cœur net est de faire déplacer lentement une bougie allumée le long des murs et des planchers. Et si la flamme se met à trembler, cela prouve la présence d’une fuite d’air. Contrairement à une détection de fuite d’eau, cette simple démarche peut être efficace. Il est alors utile de bien repérer la zone de pénétration et d’adopter le Calfeutrage.

Qu’il s’agisse des fenêtres ou des portes, cette solution peut se révéler efficace, voire indispensable. Cela nous évitera également de revoir l’ensemble des installations. Il faudrait alors calfeutrer les fuites d’air à l’aide d’un mastic ou autre produit de colmatage. Tout dépend ainsi de l’état général des ouvertures car si elles sont en mauvaises états, il vaut mieux changer les menuiseries ou bien effectuer quelques petits travaux de réparation.

Découvrir la nature des fuites d’air

Avant même de passer au calfeutrage, il est toujours utile de connaître la nature des fuites d’air sur les zones concernées. Souvent, la cause principale provient du défaut d’installation et de mauvaises qualités des éléments composants de la fenêtre ou de la porte. De plus, avec le temps et les années, comme toutes bonnes choses, nos ouvertures peuvent rencontrer une certaine défaillance : maçonnerie fissurée, fenêtre ou porte en bois abîmée, menuiserie désuètes, manque d’étanchéité des fenêtres et bien d’autres cas encore. Il est donc important de trouver la solution adéquate pour boucher les trous d’air et éviter une perte importante de chaleur soit jusqu’à 25%. On néglige parfois cette démarche et pourtant, le calfeutrage figure parmi les meilleures combines pour améliorer l’isolation de ses fenêtres et de ses portes. L’idée est donc d’user des produits de colmatage et d’assurer la solidité de la pose.

Chaque produit possède d’ailleurs ses propres propriétés, ses avantages et ses inconvénients. Mais le plus fiable et le plus durable de tous c’est le mastic. Très pratique et beaucoup moins cher, il se décline en plusieurs matériaux notamment à la silicone, au latex, polyvalent ou au polyuréthane. En plus d’empêcher efficacement les courants d’air, il peut être aussi utilisé contre l’humidité, les poussières et les nuisances sonores. On peut aussi adopter d’autres solutions de mastic d’étanchéité selon le type d’usage comme le mastic acrylique, le mastic epoxy ou le mastic alu. Mais quand il s’agit de calfeutrer les ouvertures, il est préférable d’utiliser un mastic joint ou bien un mastic silicone.

”Il ne faut jamais sauter les préliminaires comme le remplacement des vieux joints, le dépoussiérage, le dégraissage, le nettoyage et même le rinçage et le séchage. Cela afin d’obtenir une bonne adhérence du produit de colmatage.

Alice – décoratrice d’intérieur

Tout savoir sur les différentes solutions de calfeutrage

Confort thermique oblige, le calfeutrage reste une étape indispensable pour colmater les trous d’air. Mais il repose sur des règles techniques assez spécifiques en fonction du type d’intervention à réaliser. Plus précisément, les techniques dépendent du choix de produit de colmatage. Outre le mastic colle, le mastic joint ou celui en silicone, il existe bien d’autres produits efficaces. Les joints adhésifs en mousse ressemblent à des rubans autocollants, il suffit juste de les appliquer sur le cadre de la fenêtre en appuyant fermement sur le joint pour une meilleure fixation. On fait ensuite le tour de la feuillure et couper l’extrémité. Mais ce recours est peu fiable et ne résiste pas au temps.

Envisagez également la pose des joints adhésifs fait de caoutchouc qui prennent aussi la forme de ruban autocollant à la seule différence est qu’ils sont plus résistants. La procédure reste la même qu’avec les joints en mousse. Les joints adhésifs en plastique font aussi partie des options, ils sont réputés pour leur performance et leur durabilité dans le temps. Pour la pose, une fois le ruban appliqué, on replie le joint en formant un V et quand la fenêtre se referme, elle fait replier le joint. Ce qui va donner une bonne précision du calfeutrage étant donné qu’il s’ajuste parfaitement aux entrées d’air. Optez aussi pour les joints métalliques en les clouant dans la feuillure grâce à des pointes. Ils se portent garants de la solidité et de la durabilité de la pose. Enfin, la dernière option mais pas des moindres est le joint mastic silicone. La technique est simple puisqu’on applique directement le mastic silicone dans la feuillure pour combler tous les espaces.

Pour remplir les creux, il faut respecter le temps de séchage et appliquer un produit antiadhérent ou bien utiliser un film plastique. On referme ensuite la fenêtre afin d’imprimer la forme et ce, pendant 24h. Après le temps de séchage, on ouvre la fenêtre et on enlève le film de plastique collé sur le silicone. Ce petit geste va donc calfeutrer son ouverture d’une manière efficace et garantit également la durabilité de la pose. Gardez tout de même à l’esprit qu’une préparation s’impose toujours avant la pose.

Étiquettes: