Bois de chauffage : comment faire le bon choix ?

On est tous à la recherche d’un bois de qualité qui chauffe bien et plus lentement. A la fois esthétique, écologique et économique, les avantages du chauffage au bois sont nombreux. C’est une source d’énergie renouvelable qui constitue aussi une bonne alternative à l’électricité à la maison. Le bois de chauffage est le plus convoité durant le mois d’hiver, ce qui explique la hausse de son prix. Pour des travaux de rénovation énergétique, le chauffage est bois est un des modes de chauffage souvent privilégié. Mais quel chauffage choisir ? Comment choisir son bois de chauffage ?

Bois de chauffage

Un mode de chauffage par excellence

De plus en plus de ménages utilisent le bois de chauffage comme mode de chauffage à la maison. C’est une énergie renouvelable très écologique et qui apporte un meilleur rendement calorifique. Contrairement à l’électricité, le chauffage par le bois permet d’économiser et de réduire largement sa consommation énergétique. Il est tout de même important de savoir que chaque essence de bois ne possède pas le même rendement, ce qui explique la variation de son prix. Tous les bois ne sont pas non plus combustible et ne s’utilise pas comme un bois de chauffage.

Bien choisir le bois de chauffage

Pour Choisir bois de chauffage, il faut tenir compte de ses caractéristiques, de son degré d’humidité, de sa performance calorifique ainsi que d’autres paramètres. Néanmoins, on profite d’une source d’énergie confortable et d’une bonne performance de chauffe. Vous devez aussi tenir compte des autres détails tels que la sécurité des membres de votre foyer dans le cas d’un bois qui encrasse.

Mais le bois demeure tout de même une alternative en tant qu’énergie renouvelable. Selon une source sûre, plus de 7,4 millions de ménages français utilisent désormais le bois de chauffage. Ce chiffre peut atteindre les 9 millions en 2020. Au moment de l’achat, sachez alors tenir compte de plusieurs facteurs pour éviter de faire un mauvais choix.

Miser sur un bois sec et dur

Un bois sec offre un meilleur rendement en matière de chauffage. Attention, il existe bien un bois qui sèche mal, ce qui dégagera en conséquence plus de gaz carbonique et de fumée. Un bois sec quant à lui jouit plus d’une bonne qualité thermique. On l’utilise pour la cheminée, la poêle et l’insert. Il brûle bien et n’encrasse pas les appareils de chauffage bois. Les usagers seront alors affranchis d’un entretien fréquent du foyer.

Choisir bois de chauffage doit alors se faire avec soin car il faut obtenir un bon séchage du bois. Pour mieux se retrouver dans son choix, sachez qu’un bois de 50 cm sèche beaucoup plus vite qu’en 1 m. Il en est de même pour un bois fendu qui sèche mieux qu’un bois en rondin.

Vérifier la qualité avant l’achat

Il vaut mieux ainsi prendre le temps de vérifier la qualité du bois de chauffage au marché s’il est fendu et léger ou s’il fait un bruit sec lorsqu’on le tape avec une autre bûche. On doit également vérifier si l’écorce se détache facilement et que le bois présente des craquelures. La plupart des consommateurs omettent ce détail au moment de l’achat et pourtant, cela détermine le confort et la bonne durabilité de ses combustibles.

Toutefois, les bois humides ou dits demi-secs se reconnaissent par les traces de sciures, la présence des champignons ou de moisissures. Il faut aussi préciser que lorsque le bois est placé dans un endroit humide ou non ventilé, les petits insectes n’hésiteront pas à le broyer petit à petit. Même après l’achat, il est toujours conseillé de stocker son bois de chauffage dans un lieu sec. On déconseille dans ce cas l’utilisation des bois tendre et résineux. Certaines essences peuvent tout de même être utilisés uniquement au début du feu afin d’obtenir une belle flamme et un allumage rapide. On évite aussi les bois qui encrassent et qui éclatent.

”Les bois humides ou dits demi-secs se reconnaissent par les traces de sciures, la présence des champignons ou de moisissures.
Jean, Chauffagiste

Miser sur une bonne performance calorifique

C’est un critère déterminant en matière de production de chaleur. L’objectif est donc de faire des économies tout en profitant d’une bonne expérience de chauffage à la maison. Ainsi, on doit alors évaluer la performance calorifique du bois de chauffage en choisissant simplement les bonnes essences. Celle-ci correspond d’ailleurs à un taux d’humidité réduit. Pour avoir plus de rendement, on peut alors se tourner vers le charme, les frênes, les chênes, les ormes, l’olivier, les hêtres et l’érable.

Ensuite, en deuxième option, on peut certainement envisager l’utilisation du robinier, du châtaigner, des fruitiers et du peuplier tremble mais encore des résineux, des tilleuls, des peupliers d’Italie, des noyers et du platane. Certaines essences peuvent aussi offrir une bonne braise et produisent des flammes impressionnantes tandis que d’autres une fois brûlés dégagent une odeur agréable.

Un choix en fonction du chauffage

Si un bois de chauffage encrasse, il génère davantage de fumée et des résines, ce qui n’est pas très sain ni très écologique. On évitera alors les résineux. On privilégiera dans ce cas le chêne, le hêtre, le charme, l’érable, le frêne et l’orme mais aussi le bouleau et les fruitiers. On évitera également ‘usage des bois industriels ou les bois peints ou vernissés. On a tendance en effet à utiliser nos vieux meubles pour un bois de chauffage et pourtant, une fois brûlés, ces bois peuvent être toxiques et polluants.

Il faut de préférence se procurer des bois de chauffage locaux et de les placer dans un endroit ventilé pour une meilleure conservation. Mais le choix dépend également du type de chauffage au bois utilisé. Il existe alors des essences qui ne conviennent qu’aux cheminées ou aux inserts tandis que d’autres qui sont réservés aux poêles ou aux chaudières. Le charme et le Chêne conviennent parfaitement aux cheminées ouvertes en s’assurant bien entendu de réduire tous risques de projections.

Ces deux essences peuvent être aussi adaptées à un mode de chauffage à poêle ou une cheminée fermée car ils possèdent une très haute performance calorifique en chauffage principal. Mais s’il s’agit d’un chauffage d’appoint, on utilisera un châtaignier. Pour les chaudières, ces deux essences sont aussi les plus performants en termes de production de chaleur. Bref, le choix d’un bois de chauffage repose sur les nombreux critères que l’on vient d’énumérer. Il revient à chaque de prendre la meilleure initiative.

Nos autres guides sur la rénovation énergétique :